Overblog
Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

horizondunes

 

                                                   RAID CAP DRAA  


 Vendredi 16 sept. départ Béziers vers 10h → Algésiras    1440 kms

 Samedi 17 sept. Bateau Algésiras ® Ceuta → Assilah  124 kms  Camping 

  Dimanche 18 sept.   Asilah ® Midelt  434 kms   Bivouac                        

 Lundi 19 sept.  Midelt → Imilchil  160 kms   Bivouac 

 Mardi  20 sept.    Imilchil ® Tinerhir  150 kms   Bivouac 

 Mercredi 21 sept.  Tinerhir ® Zagora  200 kms   Bivouac

 Jeudi 22/Vendredi 23 Sept.  Zagora → La Caravane 337 kms   (2 jours) Bivouac

Samedi 24/Dimanche 25 Sept.La Caravane→Tagounite 305 kms (2 jours) Bivouac

 Lundi 26/Mardi 27 sept.  Tagounite →  Akka  385 kms  (2jours)   Bivouac

 Mercredi 28 sept.  Akka  ® Assa  215 kms   Bivouac

 Jeudi 29 sept.  Assa → Cap Draa  272 kms   BivouacVendredi 30 Sept. Cap Draa → Sidi Ifni  185 kms   Bivouac

 Samedi 01 sept/Dimanche 02 Oct. Sidi Ifni→Ouarzazate 470 kms (2jours) Bivouac

 Lundi 3 Oct. Ouarzazate → Barrage Moulay Youssef  201 kms   Bivouac

 Mardi 04/Mercredi 05 Oct.  Barrage → Demnate  104 kms  (1 jours)  Bivouac

 Jeudi 06 Oct.  Demnate → Kenifra  350 kms  (2jours) Bivouac

 Vendredi 07 Oct.  Kenifra → Assilah  355 kms  Camping

 Samedi 08 Oct.  Assilah → Algésiras +  Retour  Béziers 1564 kms

 

Vendredi 16 septembre 2005

 

Après une courte nuit, nous nous retrouvons à trois véhicules au péage, sortie Béziers Est et……..l’autoroute est à nous.

003

Un quatrième équipage, ne partant qu’à midi nous rattrapera dans la journée.

Nos amis savoyards sont toujours chez eux. Ils ont des problèmes de batteries, de réfrigérateur….Ils doivent faire réparer et ne savent pas quand et où ils pourront nous rejoindre.

Quant à nos coéquipiers rémois, rendez-vous est donné pour le lendemain, en fin de matinée, à Algésiras.

Le déjeuner est vite avalé sur une aire d’autoroute, entre Barcelone et Tarragone.

Vers 18 heures, Richard se manifeste. Il n’est plus très loin et nous décidons de l’attendre.

Nous nous arrêtons dans un camping près d’Alicante (l’Espagne a mauvaise réputation !!).Les tentes sont montées (pour René, c’est « lancement » de la tente, 2 secondes suffisent !!!!!!), le dîner terminé, la douche chaude prise, les lumières sont éteintes vers 23 heures.

Kms parcourus : 878

Altitude : 4 m 

Température : 30° ciel nuageux

 

Samedi 17 septembre 2005

 Il est 5 h 30. Debout tout le monde !! Dur, dur !!! Le thermomètre affiche déjà 25°.

A part Serge et moi, les autres ont, semble-t-il, mal dormi (voisins bruyants, voitures, avions, ronflements……). Nous prenons le petit déjeuner et nous nous préparons rapidement car nous avons encore beaucoup de kilomètres à faire avant d’atteindre le port d’ Algésiras. Le moment de partir arrive mais le portail  est toujours fermé ! Le gardien de nuit nous fait savoir que le camping n’ouvre qu’à 8 heures !!!! Nous voilà retenus prisonniers par les Espagnols !! Nous essayons de parlementer. Rien à faire ! Il ne nous reste plus qu’à  patienter !L’heure fatidique sonnant, les portes s’ouvrent devant nous, et, les quatre véhicules s’élancent sur la route en direction du sud où, bien sûr, nos amis, les Rémois, nous attendent (nous avons déjà 2 heures de retard !).

010Une heure et demie après,  le ferry part. La mer est calme, le soleil brille, tout va bien. Nous en profitons pour grignoter à bord. Nous débarquons 45 minutes plus tard à Ceuta. Le décalage horaire aidant, nous gagnons 2 heures. Le plein de gasoil effectué, nous nous dirigeons vers la douane. Pour les passeports, pas de problèmes, mais pour les véhicules…….un n’est pas en règle. D’après l’ordinateur, le Pajero n’est jamais ressorti du Maroc depuis le mois d’avril. !!!!Bref, après 2 heures de vérifications, on croit pouvoir passer, mais , là encore, un policier plus tatillon que les autres trouve qu’il manque des tampons  sur nos documents ……et nous renvoie aux guichets !!!Décidément, ce n’est pas notre jour de chance !L’autoroute Tanger- Asilah est terminée mais nous empruntons la route nationale.

961Nous arrivons au camping As-Saada vers 19 heures 30. Serge et moi, allons au Marbilla, retenir une table pour tout le monde.En effet, aujourd’hui 17 septembre est un grand jour pour moi ! Je dois souffler mes 60 bougies !!!!!!! Et pour fêter l’évènement, j’offre le resto. Au menu : couscous, pâtisseries et le traditionnel thé à la menthe. Patrick et Jean-Claude apportent le champagne.Après leur faux départ, les ennuis continuent pour les savoyards. Ils ont éclaté sur l’autoroute en Espagne !! Heureusement, rien de grave. Ils ont pu nous rejoindre  et ainsi participer au repas.Fêter mon anniversaire, entourée d’amis que j’aime et qui m’ont comblée, avec à mes côtés, l’homme de mon coeur et ma meilleure amie fut un moment d’émotion et de joie.Mais, on n’est pas là pour faire la fête, le raid commence demain, et…..il faut être en forme !!!Nous nous couchons vers 10 heures 30.

Kms parcourus : 814

Altitude : 0 m

Température : 25°

 

Dimanche 18 septembre 2005

Lever à 5 heures 45 par un beau ciel bleu et une température de 18°. Après avoir pris la douche et un bon petit déjeuner, nous prenons la route pour Midelt, point de départ des pistes prévues pour ce raid.Après avoir traversé Larache, Ksar el Kébir, Souk el Arba, Sidi Kacem, nous faisons une petite halte courses,thé à la menthe à Ain el Karma. Puis nous reprenons la direction de Meknès, El Hajed pour arriver à Azrou. Nous déjeunons dans la forêt de cèdres. Le soleil brille, il fait chaud, c’est super !Après une pause d’une heure, nous repartons pour Midelt où cherchons notre premier point GPS, là où commence la piste mythique pour tous les quatrequatreux, celle du cirque de Jaffar !!!!!!Que va-t-on trouver ? Est-ce vraiment aussi difficile qu’on veut bien le dire ?Peu après le départ, on rencontre 2 équipages français arrêtés……Ils ont fait demi tour, la piste est défoncée plus loin !!!!! N’osant pas s’aventurer !!!! Ca s’annonce bien !!!!!! Mais il en faut plus pour nous décourager !!!!

041Nous, on veut constater par nous-mêmes…..Effectivement, quelques passages s’avèrent durs voire périlleux, mais tout le monde passe.Le pire nous attendait. La piste caillouteuse devient de plus en plus étroite avec un dévers assez important. Le danger venait des pierres qui roulaient sous les pneus. Ne pouvant continuer ainsi, on s’arrête.  Serge va voir à pied plus loin, mais revient, la mine défaite, ça ne passe pas. Un jeune berbère confirme que la piste est impraticable et propose de descendre à flanc de montagne….Le jeune nous propose de bivouaquer à côté de son troupeau de chèvres….

080.Etant donné l’heure tardive, nous acceptons. Deux d’entre nous passeront la nuit sous la tente berbère.Après toutes ces émotions, la troupe a besoin de se remonter le moral !!!!! Le repas est bien arrosé. Il faut dire qu’à part Serge, tous ont apporté des « munitions » !!!!

 Kms parcourus :   454

Altitude : 2130 m

 Température : 26°

 Lundi 19 septembre 2005

 Les chiens de berger aux oreilles coupées (c’est pour mieux entendre les chacals, paraît-il) nous réveillent vers 5 heures 45. Le temps est frais et humide 14°.Après le petit déjeuner, le jeune berbère nous accompagne jusqu’à la piste bordée de vieux cèdres.Le Toyota des savoyards a des problèmes de direction assistée. Notre jeune « chauve » l’aide à réparer la fuite qui s’avère tenace. En attendant, nous nous sommes assis à l’ombre car le soleil est brûlant.

112Des enfants sont venus s’asseoir gentiment à côté de nous. Des chaussures et des vêtements leur sont distribués.  Autour de nous, des chèvres grimpées dans les arbres, se tiennent en équilibre pour attraper quelques feuilles. Après deux bonnes heures d’arrêt, tout semble être rentré dans l’ordre et nous pouvons ainsi repartir.Le long d’un oued, nous faisons une rencontre insolite !!

135Jacques Gandini, en personne, dans un Toy HZJ78. Il prospecte dans la région pour découvrir d’autres itinéraires.La piste est coupée en plusieurs endroits. Les orages ont dû être violents car l’eau a emporté la terre, les roches,  ce qui a provoqué des effondrements et qui a  rendu certains passages étroits assez périlleux.Il est 18 heures 15, nous trouvons un endroit plat, et nous installons le bivouac pour la nuit. Trois autochtones en profitent pour nousrendre  une petite visite et trinquer avec nous. Ils repartiront quelque peu éméchés !!!!.

Kms parcourus : 111

Altitude : 2 488 m

Température : 15°


Mardi 20 septembre 2005

 Le petit déjeuner avalé, on démarre à 7 heures 15 par un beau soleil et une température de 17°. Nous faisons un détour par Imilchil afin de prendre du gas-oil pour le Pajero. Nous décidons defaire quelques courses. Puis nous empruntons la piste d’Agoudal où nous nous arrêtons pour déguster un thé à la menthe chez Ibrahim

165puis nous prenons la direction des gorges du Dadès mais sans aller jusqu’à Boumalne. Nous déjeunons au pied d’une falaise, à l’ombre (il fait très chaud).A la fontaine avant Msemrir nous nous dirigeons vers Tamtatouche par la piste des bergers pour rejoindre les gorges du Toghra. 208Le parcours est superbe et varié, il nous plait beaucoup.  Après avoir traversé les gorges et la palmeraie, nous arrivons à Tinerhir où nous faisons le plein d’eau et de carburant.Etant donné l’heure tardive, nous allons au camping Ourti (nous y étions déjà allés lors d’un précédent raid).Nous dînons ensemble dans le camp. Au menu : salade marocaine, couscous, melon, thé à la menthe. Nous partageons le gâteau d’anniversaire du frère du patron ! La soirée se passe à écouter la musique et les chansons berbères. L’ambiance est super sympa. Tout le monde participe avec joie et entrain. Seulement voilà, on n’est pas là pour s’amuser !!! Donc chacun regagne son lit : il est 22 heures 30.

 Kms parcourus : 210

Altitude : 1 000 m

Température : 25°

 

Mercredi 21 septembre 2005

Après la soirée prolongée, le réveil a été plus tardif. On se prépare rapidement, le petit déjeuner est servi à 7 heures 30. Un régal ! au menu : crêpes, pain, beurre, miel, confiture d’abricots, café, lait …Il fait beau et chaud, déjà 23°. Nous partons pour Zagora par le Djebel Saghro.

269 1Une mauvaise surprise nous attend. La route n’est pas enregistrée dans le GPS ??? Après avoir cherché, on s’aperçoit que pour toutes les routes, seuls 50 points sont enregistrés. La raison ? Nous ne la connaîtrons qu’au retour. En attendant, chaque copilote doit appeler les points les uns après les autres… Attention aux distraits !!! L’aventure c’est l’aventure !

265Nous arrivons à un puits où 18 mois plus tôt, on avait rencontré un berger et ses moutons. On s’arrête et on prend des photos des 4x4 et des équipages. Il fait beau, il fait chaud. Au sommet d’un col, nous faisons une courte pose dans une « buvette » où on savoure un thé à la menthe.

272Serge a des ennuis de CB. Problèmes de réglage ou réception gênée par le relief ?? La piste est difficile. Nous continuons notre chemin à 4 véhicules, 2 équipages ayant décidé de rejoindre Zagora par la route

Kms parcourus : 196

Altitude : 1 023 m

Température : 23°

 

Jeudi 22 septembre 2005

Tout le monde est debout de bonne heure. On doit retrouver nos 4 fugitifs. Nous arrivons à Zagora à 9 heures.

311 1Un berbère à mobylette nous emmène chez le mécanicien le plus célèbre de la ville « Gordito »où nous retrouvons les « copains ». Pendant la réparation (amortisseur, soudure) nous en profitons pour acheter quelques emplettes, faire les pleins de gas-oil et d’eau et déguster le traditionnel thé à la menthe.Nous roulons en direction des dunes de l’Erg Chebbi jusqu’à 18 heures. Au menu du soir, andouillettes grillées au feu de bois…La soirée est plus tôt arrosée. Outre bières, pastis, Whiskys en guise d’apéritifs, suivis de vin pendant le repas, ce sont les digestifs qui se sont succédés : grande chartreuse, armagnac, cognac, rhum arrangé…Les idées ne sont plus très claires pour certains.  A une heure… avancée, tout le monde va se coucher.

 Kms parcourus : 215

Altitude : 730 m

Température : 32°

 

Vendredi 23 septembre 2005

 Le réveil semble difficile pour les fêtards. Le départ est pour 7 heures 30, il fait déjà chaud 24°. Sur la piste, nous rencontrons un berbère en panne avec sa mobylette chargée de roues de bicyclettes. Nous nous arrêtons pour l’aider et Serge s’aperçoit que ses malheurs proviennent d’une bougie perlée. La réparation effectuée, nous repartons.Un vent de sable se lève avant Rissani. On ne voit plus rien, c’est dommage car nous traversons une belle palmeraie. Il fait de plus en plus chaud la température atteignant 42°. Nous pique-niquons rapidement : le sable envahit nos assiettes.La piste Rissani/La Caravane se fera sans visibilité, par un vent à décorner les «  bœufs » et nous en avons dans le troupeau.A 16 heures, nous arrivons à l’auberge. Les chambres sont prises d’assaut sauf par Serge et moi qui dormons dans le 4x4 comme d’habitude. Le patron nous reconnaît et nous propose  d’emmener, le lendemain, Ibrahim pour faire une virée dans les dunes. Au menu du soir, salade marocaine, tajine au poulet, légumes, fruits. Nous avons droit à un « concert berbère ».  Chacun regagne son lit, une dure journée nous attend le lendemain.

 Kms parcourus : 171

Altitude : 755 m

Température : 38°

323 1

 

Samedi 24 septembre 2005

 

Dur, dur de se lever à 5 heures 30 et en plus de partir le ventre vide ! Le vent est un peu calmé. Seuls 3 équipages courageux prennent le départ (Pajero, KZJ95 et HZJ80). Ibrahim monte avec nous. Je prends place sur la boite à gants, j’ai l’habitude. Et nous voilà partis pour une leçon de conduite. Nous croisons une caravane de dromadaires emmenant des touristes au sommet de la grande dune (174 mètres).

 329 7Nous assistons au lever du soleil sur les dunes de Merzouga : une  vraie splendeur… Les pilotes s’en donnent à cœur joie. C’est super ! Ibrahim prodigue ses conseils, il n’en est  pas avare. Serge en prenant un virage un peu serré a heurté une souche et a déjanté à l’arrière droit. Il faut changer la roue, pas facile dans le sable mou.

367Au sommet d’une dune, nous découvrons le squelette d’un dromadaire. Impressionnant !Après 3 heures de sable, nous retournons à La Caravane où un petit déjeuner copieux nous est servi : omelette, pain, beurre, confiture, gâteaux etc…Un régal !C’est là que nos amis rémois et savoyards nous quittent. Les premiers partent pour Marrakech, les seconds doivent rejoindre un autre groupe.C’est donc à 4 véhicules que nous contournons l’Erg Chebbi. Après le déjeuner, des bruits bizarres se font entendre à l’arrière gauche de l’ HZJ. Serge pense avoir crevé, mais non, ce sont les écrous qui se sont dévissés. On a failli perdre une roue ! Tant que ce n’est pas la tête

390 4 Nous nous arrêtons à Ouzina à l’association Igharman pour y déposer vêtements et médicaments. Pour ces derniers, le responsable nous fait savoir qu’il vaut mieux les laisser à Taouz. Par contre, il nous demande un fauteuil roulant pour un enfant handicapé. Nous ferons passer le message… Nous sommes, bien sûr, invités à boire le thé à la menthe.Il fait chaud, le lever a été matinal, il est donc décidé de se poser à 17 heures 30 entre Er Remlia et Tizi Ahanou

 Kms parcourus : 142

Altitude : 700 m

Température : 35°

 

Dimanche 25 septembre 2005

Le départ a lieu à 7 heures 30 par une température de 25°.Du sable, beaucoup de sable et encore du sable, les pilotes sont heureux. Malgré les pneus dégonflés et les conseils reçus hier, tous les véhicules se « plantent » au moins une fois. Ce n’est pas grave, on prend la pelle, on sangle, on tire… et on repart.

 342 1Nous cherchons  le passage au col Gara Es Sboa. Il existe, mais seules les caravanes peuvent s’engager, des rochers obstruant la passe pour les véhicules. Nous longeons la montagne et traversons un « champ » de dunettes.Le porte roue du 80 de Serge n’apprécie pas et cède.Nous passons par 2 postes militaires où nous laissons nos fiches administratives (remplies à l’avance) plus divers cadeaux toujours appréciés.Malgré toutes les péripéties, nous arrivons à 16 heures à Tagounite où Serge fait changer un deuxième amortisseur, réparer son pneu et ressouder le porte roue.  Nous ravitaillons et faisons le plein de gas-oil et d’eau.Notre souhait est de rejoindre l’Oasis Sacrée. La nuit commençant à tomber, c’est dans les dunes que nous installons le bivouac.

403

Kms parcourus : 187

 Altitude : 575 m

Température : 27°

 

 Lundi 26 septembre 2005

Après une nuit passée sur le sable, c’est à 7 heures 15 que nous démarrons. Le vent s’est calmé et le soleil brille. Nous « jardinons » un peu dans les dunettes et nous atteignons l’Oasis Sacrée vers 9 heures 15.

556 5Le Land polonais abandonné est toujours à sa place…Nous buvons un thé à la menthe dans  ce qui sera une résidence hôtelière très joliment décorée. Un mini zoo y est créé (gazelles, renards, chacals, et dromadaires), le maître des lieux nous le fait visiter. Nous reprenons la piste pour l’ Erg Chegaga qui sera fatal au Pajero. Une dunette négociée à trop grande vitesse, chargement mal arrimé et le pare brise arrière explose. Les faux contacts du 80 s’accumulant, nous n’avons plus de circuit électrique secondaire. Quant au porte roue, il souffre !Nous traversons le lac Iriki. Le vent souffle de plus en plus fort et la poussière vole. Les véhicules en bénéficient largement.

382Nous nous arrêtons vers 17 heures 30 au pied du poste militaire situé sur la piste du Dakar à quelques encablures de l’Algérie. Serge  porte les fiches administratives du groupe.  Nous sommes envahis par des insectes de toutes sortes, inconnus de nous.Après le repas, deux militaires descendent nous rendre visite. L’un d’eux parle un excellent français et nous passons une bonne soirée, fertile en discussions. Tous deux, abusant un peu trop de l’alcool, repartiront éméchés.

 Kms parcourus : 216

Altitude : 400 m

Température : 32°

 

Mardi 27 septembre 2005

Le vent étant toujours aussi violent, nous partons sans déjeuner ! Dur, dur. Nous faisons une courte pause un peu plus loin pour avaler un café, entre deux voitures.

606 7Nous pensons trouver du gas-oil à Akka, mais le gérant étant en prison, l’unique station est fermée.  Après un dernier « plantage » de l’HDJ80, l’étape se termine par du bitume, entre Icht et  Assa où nous ravitaillons (eau, nourriture, gas-oil).

Etant donné la météo, les « campeurs » sont à la recherche d’un hôtel. Un peu de confort n’est pas négligeable dans ces cas-là. Serge et moi sommes les seuls à dormir dans le 4x4.Le dîner composé de : salade marocaine, de tajines et de melon est délicieux. Le chat de l’établissement profite des croquettes que j’ai apportées. Couché 23 heures.

Kms parcourus : 343

Altitude : 350 m

Température : 27°

 

Mercredi 28 septembre 2005

Réveillés par des aboiements, nous prenons un bon petit déjeuner consistant : jus d’orange, Vache qui Rit, tartines, beurre, confitures, café, lait.Nous partons à 8 heures 30, la température est déjà de 29°. Avant d’emprunter la piste pour le Cap Draa, Serge fait ressouder le porte roue.

 631 3Le beau temps est revenu, c’est quand même plus agréable. Nous sommes au sud du Maroc, l‘endroit est désertique. Nous croisons 2 gazelles, 1 chacal et plusieurs écureuils. La piste est plaisante, sablonneuse, nous ne traversons aucun village.

 Kms parcourus : 192

Altitude : 312 m

Température : 32°

 

Jeudi 29 septembre 2005

 Avant d’atteindre le Cap Draa, nous  « jardinons » un peu dans les herbes à chameaux.  Celles-ci sont fatales au porte roue du HZJ……..Une mauvaise surprise nous attend au bord de l’Atlantique. Des entrées maritimes nous y accueillent !!!! Du haut de la falaise, on distingue à peine la mer.

651De nombreux pêcheurs vivent là, dans des conditions rudimentaires, mais le poisson semble être abondant.Nous déjeunons à cet endroit qui a donné son nom à notre raid.L’après midi, après avoir cherché vainement l’itinéraire préconisé par J.Gandini ou P.Poublan (à cause du brouillard ou ???), nous suivons la piste qui longe la côte, et y  découvrons des chars (ils servent de cibles lors d’exercices militaires), des épaves de bateaux……

658 3Le sable est mou.Nous espérions barboter, mais le temps ne s’y prête guère.L’étape prend fin vers 18 heures 30. Le bivouac est installé pas loin de la mer (on l’entend !), au-dessus de la Plage Blanche. Deux gendarmes nous rendent une visite de courtoisie. De nombreux trafics ayant lieu dans cette région, les côtes sont étroitement surveillées.

Kilomètres parcourus : 163

Altitude : 45 m

Température : 22°

 

751

 

Samedi 01 octobre 2005

 

Réveillés à 7 heures par une température de 22° et un ciel presque bleu, nous partons vers 8 heures 30 à la recherche d’huile d’argane (spécialité de la région), très bonne pour la peau et pour la cuisine. Elle a un goût de noisette et accommode parfaitement les salades et le couscous. Tout le groupe en est acquéreur, car elle est très chère en France. Il n’en reste que deux flacons, elles seront pour le Glaoui. Il est décidé alors de ne pas emprunter la piste prévue, mais de se diriger vers Mirleft par le bitume. Nous en trouvons, en vrac, dans de petites échoppes.

Aujourd’hui, nous roulons plus sur le goudron que sur la terre caillouteuse. Sur Touratech, l’itinéraire était reconnu en piste, mais en vingt ans, tout change. C’est dommage pour les aventuriers que nous sommes !!!!

Nous nous arrêtons pour déjeuner dans un endroit vallonné, très agréable. 

766 2

 

Nous traversons de très beaux paysages. Nous avons la chance d’emprunter une piste qui, en 2006, sera bitumée…. Nous croisons plusieurs motards. S’entraînent-ils ? Font-ils un raid ?

Le campement est installé entre Khemis Ida et Tiguermine à 18 heures 10.

 

Serge et moi enregistrons les points GPS de la route Tiguemine/Igherm. Le Glaoui rentre aussi les WPS dans les autres véhicules.

 

Nous nous couchons vers 21 heures 15.

 

 

Kms parcourus : 288

Altitude : 1 640 m

Température : 20°

 

Nous 

 

 

  

 Dimanche 02 octobre 2005

  Il est 6 heures 45 et le groupe est levé. A 8 heures, les 4x4 démarrent et se dirigent vers Igherm par la piste des agadirs (anciens greniers à grains servant à protéger les habitants et les provisions).

787 2Nous en découvrons trois : Ousmgane (le plus beau), Itourhaine et Tisguimt. Ce sont des forteresses construites au sommet de la plus haute colline, dominant les villages comme les châteaux forts chez nous.  Nous faisons une pause à Assaka pour le ravitaillement (gas-oil et alimentation). Nous avons déjeuné, c’est dommage, car l’odeur dégagée par les tajines préparées le long de la route nous chatouille agréablement les narines. Tant pis, ce sera pour une prochaine fois !. L’itinéraire nous entraîne à travers la montagne, nous passons plusieurs cols, c’est superbe !!!!

 773 8 Il est décidé à l’unanimité de s’arrêter tôt. C’est donc à 17 heures que nous nous posons à deux kilomètres du sommet du Tizi n’ Timliline (2 460 m). Il fait froid, tout le groupe est au lit à 19 heures 30.

 

Kms parcourus : 253

  Altitude : 2 300 m

 Température : 16°

 

Lundi 03 octobre 2005

 Le froid (10°) nous réveille, il est 6 heures 15. Le ciel est gris, la pluie ne saurait tarder !!!!La piste est toujours aussi belle.La pause café, tant attendue, dans une forêt de peupliers, est appréciée.Nous nous arrêtons, Serge et moi, pour emmener un villageois muet mais pas sourd. Nous ne savons pas où il va (le dialogue n’est pas facile !) Mais il est visiblement satisfait d’être à bord.

867Il nous quitte à Bou Tazoult, où se trouve un important gisement de manganèse. Tout y est gris, les maisons se fondent dans le paysage, ce n’est pas très gai. A partir de ce village, nous retrouvons le bitume.Il pleut, donc pas de pique-nique possible. On opte, pour un « petit resto » au bord de la route à Amerzgane. Nous mangeons des brochettes et des frites : pas très local le menu !!!! Nous devons faire un détour afin de ravitailler en carburant.

 875 2Après avoir fait une pause photos à Ait Benadhou, nous prenons la direction de Telouet par une piste étroite, caillouteuse, escarpée qui nous enthousiasme.

878Un seul inconvénient, elle est très fréquentée en sens inverse et les croisements sont donc périlleux. C’est la fin de l’après-midi et les tours opérateurs regagnent les hôtels de Ouarzazate. Après avoir traversé Animiter et sa kasbah rendue célèbre par le peintre Majorelle, nous atteignons Télouet vers 18 heures.

 885 5Nous avons droit au menu traditionnel : salades, couscous, melons. Tout est très bon.Ali, le patron passe la soirée à discuter avec nous…. jusqu’à 21 heures 30. Puis, chacun va se coucher.

 

Kms parcourus : 180

Altitude : 1 812 m

Température : 16°


Mardi 04  octobre 2005

 Levés à 7 heures par un beau soleil mais une température de 15°, nous dégustons un copieux petit déjeuner local.

Tout le monde est prêt à 8 heures 45, nous prenons la route. Nous gravissons le Tichka, le plus haut col routier du Maroc (2 260 m). Puis, nous redescendons sur Taddert. Après Had Zerekten, nous empruntons une piste qui va nous mener jusqu’au barrage Ait Aadel où nous faisons la pause pique-nique.

900Le lac Moulay Youssef, entouré de forêts de pins est superbe.

Le ciel se couvre peu à peu et quelques gouttes éparses tombent sur les pare-brises. Le GPS du HZJ s’éteint par moment : un faux contact !

Nous installons le bivouac vers 17 heures 30 près de Imi n’Ifri dans une pinède. La soirée se termine sous une pluie battante. A 20 heures 30, tout le monde est dans les duvets.

 

Kms parcourus : 199

Altitude : 1482 m

Température : 20°

 

 

Mercredi 05 octobre 2005

 

Lever  7 heures. La pluie s’est arrêtée et le soleil alterne avec les nuages. Ce n’est pas encore le beau temps.

Nous démarrons à 8 heures en direction des cascades d’Ouzoud.

910 1

 

Nous sommes surpris par la teinte de l’eau. Celle-ci, charriant de la boue est de la couleur de la terre. Nous, qui l’avions vue lors d’un précédent raid, sommes étonnés !!!!


Vendredi 07 octobre 2005

Lever pour tout le monde à 6 heures 30, par une température de 15° et un ciel mitigé.  Pendant que nous finissons de nous préparer, Serge prend son 4X4 et part photographier à nouveau « la Cathédrale ».  Le départ  pour tous a lieu à 7 heures 30 30.

920 4

 Nous prenons un itinéraire que Serge et moi avons déjà fait, en sens inverse, lors d’un raid précédent. Nous en sommes ravis car il nous avait enthousiasmés. Revoir des paysages connus sous un autre angle nous émerveille. Tout le parcours se déroule sur une piste défoncée, dans un canyon, le long d’un oued.949

 

Les ponts qui l’enjambent sont typiques et rudimentaires. Nous traversons le marché d’Anergui avec difficulté. Il n’ est , en effet , pas facile de se frayer un chemin dans la foule et surtout entre les étalages de vêtements, chaussures et objets divers……

Les problèmes électriques continuent pour le HZJ. La CB et le GPS s’éteignent régulièrement : toujours des faux contacts. Après avoir consulté le « guide du routard », nous décidons de nous arrêter au camping d’Azrou. Nous sommes entourés d’une dizaine de chats qui, bien sûr, se régalent de «  mes croquettes ».

 

Kms parcourus : 328

Altitude : 1 508 m

Température : 16°



Samedi 08 octobre 2005

 

Nous décidons de partir de bonne heure afin d’arriver à Ceuta le plus tôt possible et de faire la traversée dans la matinée. La douane se passe rapidement (15mn), sans problème et nous embarquons. La traversée n’est pas des plus calmes !!!!! La mer est agitée et marcher droit n’est pas évident du tout. Heureusement,  nous débarquons 45 minutes plus tard. Il est temps car certains d’entre nous commencent à avoir mal au cœur !!!

Il est l’heure de déjeuner. Nous allons au self-service de Carrefour à la sortie d’Algésiras. Tout le monde reprend des couleurs !!!Ca va mieux.

Nous ne remontons pas par Grenade mais par Alméria. Le kilométrage est plus court, par contre l’autoroute n’est pas encore terminée.  Nous roulons jusqu’à   Alquieri    où nous faisons étape.

Une pizza fait l’affaire de tous pour le dîner. La paella, ce sera pour une prochaine fois !!!

 

Kms parcourus : 355

Altitude : 6 m

Température : 20°

 

 

Dimanche 09 octobre 2005

Il nous reste encore beaucoup de kilomètres à parcourir avant de retrouver le sol français. Le soleil brille, nous n’avons pas vraiment envie de rentrer. Ces trois semaines ont été tellement dépaysantes que nous avons vécu tous ensemble en dehors des réalités. Nous savions que le retour allait être difficile, mais c’est la première fois que je le ressentais ainsi.

Voulant profiter encore une fois d’un déjeuner commun, on décide de s’arrêter à Sagunto. C’est dimanche et la plupart des restaurants sont fermés. Il est vrai que la haute saison est terminée ! Nous en trouvons un, enfin, mais pas en bord de mer. Nous nous régalons de tapas.

Puis, nous poursuivons notre route. Serge râle. Il a hâte de rentrer. C’est le seul !!!

Comme d’habitude, on sort à La Jonquera pour faire le plein de gas-oil, et, étant donné l’heure , nous en profitons pour dîner dans un self-service où le choix est impressionnant.

A la sortie, une surprise plutôt mauvaise nous attend. L’autoroute est fermée. Des routiers espagnols manifestent contre l’envolée des prix du carburant. !!!!!!Serge s’énerve, mais on n’y peut rien.

Après deux bonnes heures d’attente, nous pouvons enfin passer. C’est vers 2 heures du matin que nous atteignons Béziers.

C’est la fin de notre raid. Nous avons la tête pleine de souvenirs…………..et nous pensons déjà au prochain ! Qu'elle en sera la destination ?????

 

 

 

 

 

 



  

 

 

 


Published by horizondunes - Page

 horizondunes

Photos, vidéos, récits de voyages et raids 4x4, aventures, découvertes multiples, recettes de cuisine, vocabulaire,association.

Pages

Catégories

Archives

Hébergé par Overblog